Les blisters qui sont obtenus au travers d’un travail métallurgique doivent par la suite être affinés afin d’atteindre un niveau de concentration ultime. Les blisters ou plaques sont donc réceptionnés et peuvent subir deux types différents d’affinage pour parvenir à l’objectif fixé. A l’issue de l’affinage, le cuivre transformé pourra être utilisé dans les industries.

L’affinage thermique

affinage du cuivre

Cette technique consiste à fondre une nouvelle fois le métal obtenu sous blister afin d’éliminer les dernières impuretés et parvenir à un métal de qualité supérieure. Ce type d’affinage vise à éliminer l’oxygène présent à l’intérieur. Pour y parvenir, du bois vert est ajouté dans le bain de cuivre.

Cette technique est appelée perchage afin de réduire de façon significative la teneur en gaz. Néanmoins, à l’issue de cette opération, le cuivre possède toujours une part d’oxygène et d’hydrogène. Ce résultat explique pourquoi cette technique est de moins en moins employée car ce cuivre ne peut être utilisé en l’état.

L’affinage électrolytique

affinage du cuivre avec blisterCette technique utilise la réaction naturelle du cuivre transformé en cathode à partir d’une anode soluble. En utilisant la chimie nécessaire pour passer de l’anode à la cathode, seul le cuivre sera récolté et les autres éléments qui ne réagissent pas au cours de cette étape. Malgré une utilisation intelligente de ce procédé chimique, le cuivre obtenu ne sera pas pur immédiatement.

Les cathodes vont alors être refondues afin de subir plusieurs transformations et obtenir un cuivre pur à 99,9% ou à un pourcentage supérieur. C’est à ce moment précis que le cuivre pourra être vendu aux différentes industries et constituer un grand nombre d’objets.

Les trois types de cuivres obtenus

extraction du cuivreL’affinage permet de dégager trois types de cuivre différents. Le cuivre Cu-a1 est intéressant à cause de sa conductibilité électrique exceptionnelle mais il ne supporte pas les traitements supérieurs à 400 degrés compte tenu de la présence d’hydrogène à l’intérieur. Le cuivre Cu-b1 possède pour sa part une faible conductibilité électrique mais est idéal pour être déformé et constituer des produits aux formes différentes.

Il peut également être soudé très facilement et permettre de constituer des créations à base de cuivre dans différents domaines d’applications. Le cuivre Cu-c1 ne présente plus du tout d’oxygène donc il est parfait pour des réalisations spécifiques qui demandent une qualité de cuivre importante. Les trois cuivres sont proposés aux industries qui choisissent celui qui correspond le plus aux projets de fabrication d’objets.

Poursuivez votre lecture :